DEVIS GRATUIT
Contactez-nous par téléphone +41 21 312 20 24 / +41 79 434 70 84 ou par mail|contact@labelesthetique.com

FAQ

Oui, mais AVANT l’intervention ou APRES un séjour post opératoire suffisant en clinique.
Ce ne sont pas des « vacances chirurgicales » comme certains organismes peuvent vous le proposer avec des soins post opératoires à l’hôtel, il s’agit avant tout d’une décision importante et d’un acte de chirurgie plastique.
Après votre intervention, vous avez besoin d’un environnement sous surveillance médicale alliant calme, confort et discrétion afin de récupérer le plus rapidement possible dans les meilleures conditions.
Aussi, Label Esthétique privilégiera dans tous les cas une durée d’hospitalisation suffisante afin que les soins post opératoires soient réalisés en clinique et non à l’hôtel.

Pour les citoyens suisses et de l’union européenne, un passeport en cours de validité est nécessaire.
Seulement la carte d’identité est requise si nous vous délivrons un « Voucher ».
Pour les autres nationalités, un passeport en cours de validité est demandé.
Un visa pourrait être requis selon la nationalité.

La monnaie tunisienne est le Dinar (DT).
Vous pouvez convertir vos devises étrangères seulement sur place auprès des agences bancaires ou à l’hôtel. Toutes les cartes de crédit usuelles sont acceptées.
Le taux de change à titre informatif :
1 CHF = 2 DT
1 Euro = 2,1 DT

C’est un climat méditerranéen tempéré, qui vous aidera à vous sentir reposée par sa douceur.

Aussi bien à la clinique qu’à l’hôtel vous pouvez être joignable directement dans votre chambre.
Vous pouvez également utiliser votre propre téléphone mobile.

La situation géographique de la Tunisie au carrefour de différentes civilisations et au centre de la méditerranée a facilitée de tout temps les échanges avec l’Europe et formée chez les tunisiens une ouverture d’esprit et un caractère très accueillant.
La langue française est autant parlée que l’arabe et une riche diversité culturelle imprègne la vie à Tunis loin des idées fondamentalistes.
Le pays le plus européen du sud de la méditerrannée est sûr et accueillant pour ses 5 millions de visiteurs.

Aucune mauvaise surprise ou charges supplémentaires ne vous seront demandées en dehors des modalités du devis.
Toutefois, prévoyez de quoi effectuer vos dépenses courantes (restaurant, loisirs, shopping…)

En principe ce cas est discuté ou peut être conseillé par le chirurgien lors des consultations préopératoires à Paris, Lyon ou Tunis.
Si ce cas se présente sur place, nous vous établissons un nouveau devis qui englobera le surplus et vous serez dès lors solliciter sur place de nous verser le supplément en question.

Ce cas ne s’est jamais présenté.
Toutes les investigations que le chirurgien fera lors des consultations préopératoires à Paris, Lyon ou Tunis permettront notamment de déceler si une opération est déconseillée.
Si par votre propre initiative vous annulez votre opération sur place, une partie du montant total consacrée au séjour en clinique et à l’hôtel ne vous sera pas remboursée.
Le montant remboursé varie d’une opération à une autre.
Toutefois, nous étudions au cas par cas les situations d’annulation en essayant d’être aussi flexibles que possible.

Elles se pratiquent généralement sous anesthésie locale et n’engendrent pas d’honoraires chirurgicaux supplémentaires.
Le chirurgien répondra bien volontiers à vos préoccupations et vous donnera les indications adéquates à ce sujet.

Point capital dont il faut toujours parler avant une intervention de chirurgie esthétique. Une retouche est un geste complémentaire pour parfaire le résultat d’une intervention alors que celle ci est dans l’ensemble bien réussie.

Toute intervention chirurgicale comporte des risques qui sont toujours mesurés. Certains risques sont dépendant du chirurgien et sont évités grâce à son expérience, son savoir-faire et à son sérieux. D’autres risques sont indépendants du chirurgien et sont spécifiques à certaines interventions. L’apparition d’une coque après la pose de prothèses peut être difficilement évitable dans certains cas. L’utilisation de prothèses de bonne qualité, la mise en place délicate et en arrière du muscle grand pectoral…etc contribuent à réduire fortement ce risque. L’écoulement de lymphe après la chirurgie du ventre en est un autre exemple. Le chirurgien doit aborder avec le patient l’ensemble de ces risques inhérents à toute intervention.

Comme nous l’avons expliqué, la chirurgie esthétique s’adresse aux sujets en bonne santé physique et mentale. Cependant certaines pathologies ne contre-indiquent pas une intervention si on la prend en compte correctement. L’hypertension artérielle bien traitée, le diabète non insulino dépendant bien équilibré, l’hyperthyroïdie etc… n’empêchent pas une intervention qui peut être bénéfique. C’est le rôle de l’anesthésiste (mais du chirurgien aussi) d’apprécier la possibilité ou non de pratiquer une intervention selon l’état du patient. Il convient toujours de régler d’abord le problème médical avant toute décision.

La chirurgie esthétique concerne de plus en plus l’homme actif soucieux de préserver son image et d’être en phase avec son environnement. Quinze à vingt pour cent des interventions sont pratiquées chez des hommes pour la lipoaspiration, les oreilles décollées, la chirurgie du rajeunissement…etc.

L’âge joue un rôle très relatif si la patiente ou le patient est en bonne santé, que sa motivation est bonne, et que sa vie est en harmonie avec une telle décision. L’intervention peut alors avoir une action réellement bénéfique. Il faut évidemment faire pratiquer un bilan préopératoire très soigné.

La réponse est oui dans de nombreux cas. Cependant certaines patientes présentent des bourrelets graisseux génétiquement déterminés pour lesquels l’amaigrissement n’a aucun effet. Seule la lipoaspiration peut traiter de tels cas. Quelques patientes présentent un excès pondéral léger ou ont beaucoup maigri et n’arrivent plus à perdre leur ventre par exemple malgré de nombreux efforts. On peut sous certaines conditions les opérer de manière à récompenser leurs efforts, à les motiver pour maintenir leur poids et rendre leur corps conforme à leurs espérances.

L’anesthésie locale est possible lorsque l’intervention ne concerne qu’une petite zone anatomique. Elle ne nécessite pas d’hospitalisation. L’exemple type est le traitement des paupières supérieures.
L’infiltration est une forme d’anesthésie locale plus élaborée indiquée pour des surfaces plus grandes. Elle consiste à mélanger un anesthésique local avec du sérum physiologique que l’on injecte lentement sous la peau de la zone à traiter. Il n’y a pas d’hospitalisation. L’exemple type en est le traitement d’une petite culotte de cheval ; le mini-lifting, la lipoaspiration cervical……
La neurolept-analgésie est une forme d’anesthésie générale très légère pour laquelle il n’y a pas de dépression respiratoire et donc pas d’intubation. La profondeur de cette anesthésie peut être modulée selon les besoins techniques. Elle est très fréquemment utilisée et nécessite une demi-journée d’hospitalisation. L’exemple type est le traitement des quatre paupières, certaines lipoaspirations, voire certains liftings légers etc.
L’anesthésie générale est la plus utilisée, et offre le plus grand confort opératoire au chirurgien et au patient. Son utilité n’est pas discutable dans de nombreux cas. Parfois on peut hésiter entre deux types d’anesthésie mais il est toujours préférable d’utiliser une anesthésie avec laquelle le chirurgien travaillera correctement et le patient n’aura pas mal plutôt que le contraire qui s’avère plus dangereux.
L’anesthésie rachidienne endort les nerfs rachidiens des membres comme l’anesthésie péridurale. Elle est plutôt utilisée pour endormir les zones au-dessous du bassin comme la lipoaspiration des cuisses et a la préférence de certains médecins et patients.